Prendre rendez-vous en ligneDoctolib

Tendinopathies rompues de la coiffe des rotateurs

 

Tendinopathies de l’épaule

Les ruptures de la coiffe des rotateurs peuvent être partielles ou totales (transfixiantes).

La coiffe des rotateurs est un ensemble de 4 muscles se terminant par des tendons attachés sur la tête de l’humérus qui participe à la mobilisation du bras et stabilise la tête humérale en évitant son ascension. On leur associe fréquemment le tendon du long biceps, bien que celui-ci n’ait pas le même rôle fonctionnel que les autres tendons de la coiffe, leurs pathologies sont pourtant souvent liées.

Les causes de ces ruptures sont majoritairement dégénératives (liées à l’usure) traumatiques ou bien traumatiques sur tendons dégénératifs.

Parmi les facteurs favorisants on retrouve le tabagisme, l’âge, les  mouvements répétitifs et de force, des maladies métaboliques (diabète sucré, hypercholestérolémie, dyslipidémies) ou des facteurs anatomiques (conflits sous-acromiaux).

Les symptômes sont des douleurs à la mobilisation du bras, souvent nocturnes, avec diminution de la force musculaire et parfois une tendinite,voire une rupture spontanée de la longue portion du biceps.

Un examen radiologique, une IRM, parfois un arthroscanner sont indispensables pour confirmer le diagnostic.

L’évolution naturelle des ruptures de la coiffe des rotateurs se fait généralement vers l’agrandissement des lésions avec une rétraction des moignons tendineux et une dégénérescence  graisseuse des corps musculaires, imposant des limites aux réparations-réinsertions tendineuses.

Le traitement consiste à réinsérer dans la tête humérale les tendons rompus à l’aide des ancres bioresorbables munies des fils qui servent à  refixer les tendons  dans l’os. Un geste complémentaire d’acromioplastie (aplanissement de l’os acromial) est souvent réalisé.

Une immobilisation en abduction est gardée pendant 45 jours. La rééducation commence dès la première semaine postopératoire.

 

Tendinite calcifiante

Tendinopathies de l’épaule (rompues ou non-rompues)

La tendinite calcifiante est une inflammation du tendon due à une calcification au sein du tendon.

Cette calcification peut apparaître dans un tendon particulièrement sollicité, soumis aux  microtraumatismes ou irritations chroniques.

Les épisodes successifs de cicatrisation (de l’inflammation) aboutiront à une production calcique dans l’épaisseur du tendon.

La plupart des calcifications ne présentent aucune symptomatologie, mais dans certains cas elles peuvent devenir symptomatiques.

La symptomatologie est marquée par des douleurs nocturnes, insomniantes, exacerbées lors de l’apparition ou la disparition de la calcification.

L’examen radiologique permet le diagnostic de ces calcifications, ainsi que le suivi de leur évolutions. Parfois une résorption spontanée est observée, d’où l’intérêt de répéter les examens radiologiques avant une intervention chirurgicale.

Le traitement commence par un traitement médical. On peut proposer des ondes de choc, ponction-trituration, infiltration PRP.

La prise en charge chirurgicale, après l’échec du traitement médical, vise à enlever la calcification, nettoyer l’espace sous-acromial et à l’agrandir par une acromioplastie.

L’intervention chirurgicale se fait par arthroscopie avec hospitalisation ambulatoire.

Une immobilisation sera gardée pendant environ 3 semaines.